[Chroniques] Handle with care

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Chroniques] Handle with care

Message  Leuch le Dim 1 Juin - 15:31

"Burnin' Dub", éléctrique et saturé, minimal mais affirmé. Dub éléctrique, affublé de quelques sonorités jazzy, électro-lunaire désarticulée doublée de quelques fulgurances psychées lunatiques, ce premier titre de Handle with care porte parfaitement son nom, il s'agit là pour Ez3kiel de faire voler en éclats les codes de la mouvance dub/électro pour les réassembler à son rythme, pièce par pièce, ré-échaffauder le tout dans une structure musicale à l'architecture pensée dans les moindres détails. "Strange days" et son dub rock digital au groove sidéral donne toute la mesure du talent du trio tourangeaud, les trois ont véritablement passé une étape avec cet album, lui insufflant une petite dose de matûrité qui le distingue de Equalize it et qui démontre que le groupe est un peu plus sûr de son fait. "How do you sleep" et son flow hip-hop, naviguant à vue dans les eaux d'un rock revendicatif, ne cesse de prendre de l'ampleur dans un crescendo inéluctable et parfaitement maîtrisé. Un morceau éponyme de dub classieux portés par les violons déchirant de Yann Tiersen (l'auteur de la cultissime B.O d'Amélie Poulain, un bref interlude d'électro minimaliste "Preface" avec en filigrane un coeur féminin éthéré et enchanteur, puis le choc : "Jah's hardcore". Glacial, clinique, chirurgical, Ez3kiel laisse parler le côté le plus sombre de sa musique. Batterie métronomique, saturation éléctrique, un riff tranchant, une électro emportée dans sa frénésie psychotique, le groupe fait fort et livre un modèle de dub/rock/électro organique et bluffant de maîtrise. La mécanique est parfaitement huilée, les ressorts dramatiques de cet Handle with care savamment orchestrés et le groupe revient à un univers plus "classique" dira-t-on avec "Afghan evasion" puis "Cut fiction", deux titres mêlant habilement dub éthnique, trip-rock et électronica à la Massive Attack, cette Ez3kiel's touch inimitable et imparable en plus. Apparemment désordonnée mais en réalité parfaitement déconstruite pour mieux retrouver ce qui fait son intensité, la musique des tourangeauds change sans cesse d'orientations pour former un ensemble cohérent, nourri de nombreuses influences et dévoilant une myriade de nuances. Des chants traditionnels venus d'Asie centrale, sur lesquels viennent se poser quelques arrangements d'électro planante et délicate et le groupe trouve l'équilibre parfait entre musique tribale et dub digital atmosphérique. Deux titres plus classiques et assez quelconques plus tard ("1 hausse d'intensité" et "D*bm*th*rf*ck*r"), puis Ez3kiel revient à une musique plus agressive et saturé avec le sublime "Via Continum". Rythmiques heavy qui s'entrechoquent dans un univers urbain déshumanisé, magnetisme vocal qui met en exergue ce désespoir lucide dans lequel s'enferme peu à peu le groupe, Handle with care se poursuit et sachève sur "Salystoar", ultime composition dub/électro éthnique alliant avec classe sonorités traditionnelles et textures post-modernes. Classe...

(The) Aurelio.
(Source : W-fenec.org)


- - - - - - - - - - - - - - -


Pour les amoureux de dub, de musique qui relie l’ethnique musical au centre urbain d’une drum'n'bass, et tous ceux qui aiment plonger dans les tréfonds de la musique de Massive Attack, on ne peut que leur conseiller d’écouter Ez3kiel car non seulement ces garnements mélangent ces deux styles mais en plus ils apportent du dub qui fond littéralement dans les arcades de cette musique hors normes. Bref un électro dub vibrant qui regorge sa source dans le tréfond d’un volcan.

Dense et vibrante la musique d’Ez3kiel aime le désordre et fournit aux oreilles une approche expérimentale, vivante de sons plus épars que diffus, une véritable fuite des sens qui se cherchent et se perdent dans des buissons touffus et épineux. Un véritable volcan que l’on croit éteint mais dont on ressent les secousses telluriques et qui pointe son nez et sa diction saccadée.

Sur "Handle with care" Yann Tiersen apporte son violon mélancolique au dub et lui procure une profonde intensité émotionnelle.

Des styles musicaux tel que le trip hop, ethno, drum&bass, dub, hip hop, reggae, rock se font face, le groupe ne se cherche pas il cherche la confrontation musicale, le choc thermique. En pratiquant cette mixité et en ratissant comme une lame de fond, il reste sur cette plage les traits d’une musique hagarde qui prend corps et vie devant nous pour in fine se lever et marcher pour la première fois : émouvant.

Bir.
(Source : Thefrenchtouch.org)


- - - - - - - - - - - - - - -


Pas d'intro pour ce premier album, on rentre directement dans le vif du sujet avec Burnin' Dub. Breakbeats, sonorités jazzy et hurlements de guitare électrique. Déjà on sent que le groupe a énormément travaillé. Confirmation avec How Do You Sleep?. Ambiance alarmiste, paroles revendicatrices, groove appuyé oscillant entre hip-hop et rock, et grosse basse semi-digitale. Final explosif très néo-metal, rappelant que le rock électro existe toujours.
Puis arrive une des perles de cet opus : Handle With Care, le titre éponyme justement, n'est pas dub. Il fait l'amour au dub. Tout y est : le filtrage delay, la basse ronde et profonde, purement dub, le riddim clair et précis, et la guitare reggae. Mais le plus vient des violons, tristes et mélodieux de Yann Tiersen. Si tout les groupes de dub était aussi carrés et anti-conformistes, le genre se renouvellerait peut-être. Preface, plus court, change d'horizon. Downtempo et mélodique, une voix féminine éthérée donne une couleur trip-hop. Jah's Hardcore en revanche se fout complètement de la douceur et de l'imaginaire. L'ambiance est froide et tranchante comme une lame de rasoir. On sent la tension qui règne, sans jamais pouvoir cependant prévoir l'explosion. Mais tout arrive à point et le titre prend rapidement feu, se transformant en rouleau compresseur virtuel. Gros riff ultra-saturé, beat hardtech sous-jascent et jungle frénétique.
Retour au dub avec Afgan Evasion. Samples jazzy de nouveau, bonne basse. Cut Fiction sonne funk et trip-hop. Groove soutenu et violons. Musique de film.
Sur le fil retourne aux influences ethniques, chant traditionel tibetain à l'appuis. Dub/reggae très réussi sur 1 hausse d'intensité. Approche plus roots, effets stratosphériques et final ragga/drum'n'bass inattendu. De l'électro-dub encore et encore avec D*bm*th*rf*ck*r. Plus classique, mais vraiment planant. Via Continum revient aux sonorités saturées pour une envolée grandiose et mélancolique. Rythme lourd et lent, violoncelle, chant masculin hanté, atmosphère de désespoir puis de renaissance, de volonté puis d'abandon. Court mais intense.
Salystoar achève l'album sur un électro-dub évolué et rythmé. Le chant féminin traditionnel se marit à merveille aux structures modernes et urbaines.

A manipuler avec précaution certes, mais à écouter de toute ses forces.
Attention talent. On vous aura prévenus.

Yragael.
(Source : dMute.net)


- - - - - - - - - - - - - - -


Alors qu'un premier maxi avait donné un avant goût de ce que pouvait donner la musique d'Ez3kiel, l'heure du premier long format a sonné. Et quel bonheur de se rendre compte à l'écoute de cet album, que le groupe est devenu sans conteste LA référence en matière d'electro dub français. Des morceaux variés grâce à ces deux influences qui se marient parfaitement aux changements de rythmes et ambiances lancinantes qu'affectionnent le trio. Pas un seul des morceaux ne ressemble à un autre, le groupe se plait à nous emmener de droite à gauche tout en restant sur son chemin. On notera la participation de Dit Terzi, Yann Tiersen et Mei Tei Sho qui ne donnera que plus d'intérêt à ce "Handle With Care" synonyme de maitrise. Car chez Ez3kiel, la maitrise n'est pas que sonore, elle s'exprime aussi sur scène ou le groupe fournit un travail de toute beauté par le biais de ses travaux numériques et d'éclairage. Un concert d'Ez3kiel n'est que tempête et tonnerre, cet album en est la parfaite bande originale. En attendant avec une impatience non dissimulée le prochain album...

Matthieu.
(Source : Bokson.net)
avatar
Leuch
Admin

Messages : 221
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 32
Localisation : 94

Voir le profil de l'utilisateur http://ezekiel.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chroniques] Handle with care

Message  Zys le Lun 5 Jan - 17:13

Après un EP autoproduit se nommant Equalize It, sorti en 1998 et où Ez3kiel se cherchait encore, sort en 2001 le premier vrai effort, le début d'une discographie atypique, Handle With Care ; on se passera de jeu de mot. La différence est énorme. Sons hyper-travaillés et compos impeccables sont deux éléments nouveaux pour cet album d'Ez3kiel, qui avec celui-ci, va pouvoir directement concurrencer la scène electro-dub française. Mais attention, ce n'est pas pour autant qu'Ez3kiel joue dans la même cour, non. Down-tempo, trip-hop, dub, musiques electroniques, drum'n'bass, hardcore, Ez3kiel brasse tout. Yann Tiersen vient jouer du violon sur "Handle With Care" justement, puis, un interlude plus tard, le trio nous balance "Jah's Hardcore", pratiquement le titre le plus brutal de leur discographie. Mais là où beaucoup de formation aurait pu s'y casser les dents, Ez3kiel a le talent du mix, a le savoir de dérouter sans pour autant perdre son auditeur ; il y a le soucis constant, et cela dans tous les albums du groupe, de ramener ce dernier sur des chemins balisés, des routes "visuellement" reconnaissables, un sample par-ci, une rythmique dub par là. On a toujours confiance dans Ez3kiel ; hypnotisant et envoûtant, l'univers du trio est un endroit où il fait bon de se perdre.
Et surtout, à voir en live.

*Très bon - 16/20*

Par Reznor.
(Source : Xsilence.net)

_________________

...Hjartað hamast eins og alltaf / En nú úr takt við tímann...

If you're afraid of something, it probably means you should do it.
avatar
Zys

Messages : 246
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 31
Localisation : Montpellier.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[Chroniques] Handle with care

Message  Heart of Steele le Mar 14 Avr - 15:58

Sur Forces Parallèles, site eclectique, je suis l'auteur officiel de la chronique qui suit:

Cette poupée humaine est-elle découpée en segments… Ou vibre-t-elle ?

EZ3KIEL… entité qui déconstruit les sons et mélodies pour créer une vibration puissante. En 2001, la Vibe naissante d’un groupe indispensable.

Espace – Temps :
Années 2000, région lyonnaise, France, Terre originelle. Un concert extraordinaire… Des sons, des images que je n’avais jamais vus ou entendus. Une rencontre inoubliable… Un Cd bleu mauve. Le choc musical 2001. Une aubaine pour moi, qui était alors plongé dans le metal et le jazz fusion, EZ3KIEL apparait comme une bulle d’oxygène idéale, bien que difficile d’accès. Le chef d’œuvre Ocean Machine/Biomech de Devin TOWNSEND (1997) ne me laissait que peu d’espoir pour aborder la scène musicale du début des années 2000. Encore moins la scène française… que j’avais totalement délaissée jusqu’alors. Il n’y avait qu’un son nouveau qui pouvait me faire sortir de cette torpeur, un groupe qui serait porteur d’une puissance indéniable et d’une qualité exemplaire. EZ3KIEL fut soudain la porte d’entrée pour un Dub Révolutionnaire, aux vibrations multiples.

Mais que s’est-il donc passé avant l’ouverture de cette Bibliothèque sonore ? Avant la création de cet univers fantasmagorique et trippant propre au groupe? Depuis 1993, nos grands messieurs de Tours n’ont pas chômé. Après la création du groupe, de la première version du site EZ3KIEL, et accessoirement la fabrication d’un EP ‘Equalize It’ résolument dub, l’heure est à la production d’un premier album…

Une fois n’est pas coutume, c’est la boite de production lyonnaise Jarring Effects, dénicheuse de talents dub comme HIGH TONE ou ZENZILLA, qui s’offre le lux(e) EZ3KIEL, déjà en pleine mutation. Il y a des labels comme ça qui donnent à des artistes leur vraie porte d’entrée dans le monde de la culture, et a priori ce label-là s’en tire avec les honneurs grâce à un certain courage, en 2001 s’entend. La promotion de la musique dub en France, de qualité, ne peut qu’amener un brassage culturel riche et nécessaire. Fin de la parenthèse.

Alors, qu’en est-il de ce premier LP, c’est du dub ou bien quoi ? La réponse est… oui. Mais attention, nous sommes ici en présence d’un dub electro lorgnant parfois vers le rock sur quelques titres. Ce qui est indéniable, c’est déjà la recherche d’idées, foisonnante, qui parcourt le disque de façon globale. On pourrait facilement penser que le groupe a passé autant de temps à composer qu’à faire le tri dans une somme immense de samples, de transitions, de sons. Le son… élément pluriel et mutant sur Handle with Care. Ce son qui, avec la production de l’époque sur ce label, met en valeur une saturation des fréquences de façon à peine dissimulée. Le paroxysme se situant d’ailleurs sur l’aspect electro des titres "How do you Sleep", sommet de l’album dans sa construction prog, qui repart avec une puissance magnifique, ou encore "Via Continum", morceau incroyable en live et vraie fausse conclusion de l’album.

On pourra entendre aussi des samples de Yann TIERSEN qui reviennent comme une ritournelle, quelques riffs de basse que ne renieraient pas certains gars de Bristol (qui a dit MASSIVE ATTACK ?) sur deux titres à découvrir, ou encore ce violon aux interventions essentielles et infernales qui donne des atours de légèreté à ce dub parfois lourd, souvent angoissé. Ce qui aboutit à un opus assez hermétique à la première écoute, mais porteur de promesses affichées. Il n’y a bien que sur le (bad) trip hardcore que le groupe atteint ses limites. Jah ne peut bien sûr pas se trouver partout musicalement parlant.

Les influences présentes, le rock voire le metal sur "How do You Sleep", symphoniques, hip hop ne seront développées que bien plus tard. Ce créateur nous montre dans cette œuvre brute, saturée, qu’il est maître dans le domaine du mélange, qu’il est avide de styles. Le squelette (d’adamantium, sûr) du style EZ3KIEL se pose comme un univers poétique empreint de romantisme sur des compositions décalées, encore aujourd’hui. Ce n’est pas une panacée d’y entrer par ce chemin, pour vous, amis lecteurs, si vous n’appréciez guère la Vibe dub ! Ce qui était mon cas à l’époque. Je redécouvre l'album pour la rédaction de la chronique et il m’offre encore des surprises ! L’erreur serait donc de ne pas essayer cette musique uchronique à nulle autre pareille.

A noter que c'est ma première chronique sur le site. Il y avait urgence de vous faire connaitre!!!
avatar
Heart of Steele

Messages : 1
Date d'inscription : 14/04/2015
Age : 41
Localisation : Loire (42)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chroniques] Handle with care

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum