[Chroniques] Naphtaline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Chroniques] Naphtaline

Message  Leuch le Dim 1 Juin - 16:13

En une dizaine d'années, Ez3kiel a peu à peu affiné sa musique en fonction de sa conception visuelle. Très attaché, voire plus attaché à l'univers graphique qu'à la musique elle-même, le trio s'est constamment illustré dans une musique conceptuelle, parfois trop vite assimilé à l'electro-dub. Cet attachement aux projets multimédia, tout d'abord observé sur le site internet, vite décliné lors des lives envoûtants du groupe, s'est finalement transposé en DVD interactif. Naphtaline, c'est quatre ans de travail où les artistes ont pris le temps.

Du temps, il en a fallu pour composer avec soins les treize titres officiants comme bo du DVD puis finalement être interprétés par des instrumentalistes (Violon, violoncelle, saxo, accordéon, vibraphone, guitare électrique et acoustique, flûte, piano). Le tout produit par le groupe, en chef-d'orchestre, comme un véritable tableau acoustique et symphonique flirtant avec le post-rock, la pop et les ambiances naïves et mélancoliques. Sélection de velours, les morceaux s'enchaînent avec une cohérence cinématographique où seuls les images donnent un véritable sens, les envolées lyriques de Premier flocon n'enlevant rien à la magie du simple morceau de piano Leopoldine, partition qui semble tout droit sortir des compositions de Tiersen.

A partir de là intervient Yann Nguema, le bassiste et la main qui aura créé, avec ses confrères, un support interactif sur-mesure. Avec élégance, c'est tout un univers paradoxal de tableau vivant sur lequel vous pouvez évoluer grâce à une curiosité immédiate. Du temps, il vous en faudra aussi pour vous imprégner de chaque petite fresque aux ambiances baroques, mécaniques, stellaires, fantastiques. Très vite, vous vous retrouverez pris au jeu à explorer les recoins des mécanismes de cette boîte à musique. En cliquant sur les détails, modulant les options, jouant avec les caméras, ce projet a une durée de vie plus longue qu’on peut l’imaginer.

Coté vidéo, vous ne serez pas en reste car un gros travail a été réalisé. Des courts métrages, le making of, la visite du studio Ablon, et un morceau de l'excellent projet live Nosfell & Ez3kiel. Dans une esthétique des plus soignées.

Même si Naphtaline n'a pas pour but d'être décliné en projet live, il est clair que chaque projet dévoilé par Ez3kiel est une expérience unique. L'interactivité nous invite à s'immiscer plus intimement dans leur approche artistique fabuleuse. Ne ratez surtout pas ce projet raffiné ; il propulse une nouvelle fois le groupe vers l’excellence et le respect.

Chroniqué par Kiteklat.
(Source : dMute.net)

- - - - - - - - - - - - - - -


Une dizaine d’années d’existence et un mot d’ordre : évoluer à contre courant pour démontrer que la diversité est constructive, que la remise en question des normes musicales peut devenir la norme elle-même.

Trop vite rangé dans le genre dub, Ez3kiel nous démontre avec élégance et finesse le caractère erronné de ce trop facile raccourci. Terre de contraste, Naphtaline est une oeuvre multimédia novatrice d’une précision et d’une force imaginative démesurée.

Quand Amélie Poulain rencontre Matrix, quand Yann Tiersen fleurte avec Mogwai...

Continuum entre électronique et acoustique, modernité et tradition, entre fragilité et dureté, l’univers de Naphtaline fait émerger de ces dissonances un monde fantastique, onirique et envoutant.

Les phrases instrumentales sont omniprésentes, fines et variées (violons, pianos, violoncelles, accordéons, clarinettes, guitares...) et sont la base des arrangements électroniques qui viennent habiller l’ensemble. La réalisation, parfaite, parvient à mettre en relief les infinies nuances sur lesquelles Ez3kiel s’embarque.

La musique se transcende pour devenir carnet de voyage, invitation au rêve. Un monde vaporeux, harmonieux et visuel qui intègre largement le domaine graphique dans une démarche interactive. Fer de lance d’une vague artistique qui s’amuse à mélanger les genres, l’éclectisme d’E3ekiel atteint avec Naphtaline un niveau jamais connu jusqu’alors. Le CD est accompagné d’un DVD qui, outre les excellentes vidéos qui le constituent, invite l’auditeur/spectateur à devenir acteur en manipulant ludiquement les éléments sonores et graphiques directement tirés de l’album et de l’imagination visuelle foisonnante du bassiste du groupe Yann Nguema.

Ez3kiel réussit l’exploit de confondre ses matériaux pour créer une entité artistique gigantesque, cohérente, singulière.

L’échappée de Naphtaline peut vous emporter loin, très loin... Un ovni 2007.

Vincent Boroli.
(Source : Rocknfrance.free)


- - - - - - - - - - - - - - -


Après l’uppercut Barb4ry, puis le camouflet que fut le Versus Tour 2004 (en compagnie des dandys punks DAAU), Ez3kiel revient avec Naphtaline, projet ambitieux et multimédia. Un CD, plus un DVD/DVD-Rom, le tout mis en avant par un packaging à l’esthétisme des plus alléchants.

L’on va se centrer ici, c’est évident, sur le volet exclusivement musical du concept. Mais il serait criminel de considérer les autres supports comme de simples «bonus», présents dans l’unique but de convaincre les curieux d’acheter plutôt que de pirater. Car l’œuvre a dès ses prémisses créatrices été pensée sous cette forme. Le musical et le visuel atteignent ainsi une osmose propre à rassasier tout excès de soif contemplative. Et les amateurs d’interactivité seront comblés.

Un constat: le groupe s’éloigne encore plus de la scène electro-dub française, dont il est toujours considéré comme l’un des fers de lance, avec High Tone. Pour ceux qui sont familiers avec les compositions d’Ez3kiel, on pourrait estimer Naphtaline comme la quintessence de la facette douce et mélancolique de Barb4ry, celle qui vous chatouille les sens avec finesse, s’opposant aux ambiances plombées et à la puissante rage conquérante. On pense au morceau «Le Lac des Cygnes», dont on retrouve une nouvelle version aujourd’hui («Le Lac des Signes»), toute aussi léchée et encore plus hypnotique.

L’élégant univers de Naphtaline se teinte de nuances baroques suggérées, sur quelques morceaux, par les collaborateurs réguliers du groupe classico-anarchique DAAU. Leur doigté de virtuoses, mis au service d’une émotion à fleur de peau, ne passe pas inaperçu sur la première moitié de l’album. Cependant, l’erratique et superbe «Subaphonic» convoque d'autres musiciens au touché tout aussi subtil.

Un autre invité de marque s’immisce à merveille dans ce rêve éveillé: Nosfell. Le chanteur mutant vient balader son timbre sur des hauteurs vertigineuses (le sublime «Lethal Submission»); captivant! D’autres morceaux sonnent très cinégéniques: «Naphtaline» ou «Derrière l’écran» (qui porte bien son nom…) L’influence de compositeurs en leur temps très novateurs, tel Ennio Morricone, se fait ressentir, c’est indéniable. Eh oui, Ez3kiel est de cette tempe là!

yak.
(Source : Musique-chronique.ch)


- - - - - - - - - - - - - - -


Naphtaline... on oublie le dub/électro des débuts d'Equalize it ou Handle with care et la plongée au coeur de l'univers inédit d'Ez3kiel prendra tout son sens. Car avec ce CD/DVDrom vu par ses auteurs comme un véritable projet multimédia, les tourangeauds repoussent leurs propres limites artistiques. Une identité visuelle baroque particulièrement affirmée et affinée, un objet luxueux et élégant, un ovni multimédia, impossible à classer dans quelconque case musicale si ce n'est celle d'Ez3kiel tout simplement. Soit un mélange inédit de trouvailles sonores et visuelles aux aspirations originales. A l'image d'une musique de chambre post-moderne, des titres comme les sublimes "Subaphonic" et "Le Lac des signes" nous offrent une nouvelle perception de l'art. Une féérie feutrée, quelques soupçons de post-rock matînés d'électro-acoustique portée par un spoken word habité ("At the day"), un clavier qui vient cajoler des instrumentations post-classiques envoûtantes (le merveilleux et éponyme "Naphtaline"), Ez3kiel touche à tout et transforme ce qu'il effleure en merveille. "Derrière l'écran" en est l'un des plus beaux exemples. Une mélodie pop gracile, des instrumentations organiques, des cordes qui parlent à nos sens, Ez3kiel s'adresse à notre subconscient et nous prend par la main pour nous emmener dans son monde, un univers à l'onirisme délicat, pur et véritablement saisissant. Plus sombre et torturé, "Balles perdues", ou mélancolique et enchanteur "Exebecce", le groupe livre une œuvre d'une remarquable cohérence, bande-son idéale des créations visuelles qui forment la deuxième partie, indissociable, du projet Naphtaline. Car c'est là que le concept prend une allure complètement inédite : le groupe proposant à l'auditeur de pénétrer son univers musical en modulant et manipulant les tableaux sonores/visuels où il peut devenir un véritable acteur de cette création hors-normes. L'intéraction est totale, le plaisir, coupable... Les morceaux se suivent, s'enchevêtrent les uns aux autres dans un ensemble d'une étonnante homogénéité ("Lethal submission", "Leopoldine", "Premier flocon", tous aussi magiques les uns que les autres). La seconde partie du DVD est consacré à de cours documentaires réalisés lors de l'enregistrement de l'album. On y observe alors les différents éléments de Naphtaline qui sont assemblés l'un après l'autre pour former une oeuvre riche et soignée, fourmillant de détails et autres subtilités, un tout aussi improbable qu'incroyablement homogène. Les animations créées par le groupe se succèdent, l'univers si particulier d'Ez3kiel prend vie sous nos yeux, un peu comme celui des réalisateurs Marc Caro/Jean-Pierre Jeunet dans les années 90 au cinéma. Le parallèle entre l'oeuvre des tourangeauds et le 7ème art ne s'arrête d'ailleurs pas là tant on se prend à penser que la prochaine étape de leur oeuvre pourrait s'écrire sur grand écran. Quoiqu'il en soit, on pourrait décrypter des heures durant, l'étrangeté intemporelle, la beauté infinie de Naphtaline mais sans jamais parvenir à en saisir l'essence... car Ez3kiel a tout simplement livré avec cet objet, son plus beau son chef-d'oeuvre...

(The) Aurelio.
(Source : W-fenec.org)


- - - - - - - - - - - - - - -


Ez3kiel ne vous évoque probablement rien, et c'est bien dommage. Il s'agit d'un groupe français dont la musique se veut complexe et l'univers très travaillé, particulièrement sur cet album. Attention cependant si vous êtes fan du groupe, vous pourriez être déçu.

Les musiciens originaires de Tours ont déjà réalisé trois opus d'où se dégageaient des genres tels que la dub et l'électro, mais cette fois les titres semblent s'éloigner de ces sentiers pour explorer des morceaux plus instrumentaux.

Le disque s'ouvre sur un titre plutôt étrange, où la guitare suggère une sorte d'environnement proche…du Far West. Ca m'évoque très fortement un bout de la BO de Serial Experiment Lain, où l'on retrouve cette atmosphère bizarre, assez malsaine. Subaphonic nous transporte littéralement dans un autre monde, calme et serein, et toute une série d'instruments sont agencés pour nous envoûter, un xylophone sous fond d'accordéon, un violon, un tuba et j'en passe. La mélodie est superbe, et la montée en crescendo majestueuse.

Alors tenterai-je un découpage de la galette de cette manière : La plus grosse part contient donc des instrumentaux tels que Naphtaline, où les instruments flirtent ensemble et enivrent l'auditeur. Ils se veulent souvent paisibles, mais se déchaînent de temps à autre, ainsi un violon se lance dans une remarquable envolée sur Derrière l'écran. Une ballerine mécanique et un accordéoniste nous accueillent avec mélancolie sur Xebece, suivi d'un homme sifflotant. Citons également sur At the Day la perfomance vocale de Gregory Frateur du Dez Mona, petit groupe belge méconnu mais très bon.

Balles perdues et Lethal Submission constituent deux morceaux à part, le premier pour son aspect angoissant, le second pour la destruction des tympans. Il s'agit en effet d'un duo avec le groupe Nosfell, s'annonçant à première vue comme un instrumental lent et qui pourtant comporte une décharge de colère de plus en plus vive, simplement exprimée par un violon hurlant et un jeu de batterie dévastateur, comme si une boîte musicale voyait s'affronter un régiment de soldats et une horde de ballerines, si on reste dans le concept de la pochette. Sublime.

Les trois derniers titres laissent place à un piano aux mélodies assez imparables, avec notamment des chœurs sur Premier Flocon.

A noter d'ailleurs en parlant de Premier Flocon : Naphtaline est accompagné d'un dvd et d'un dvd-rom, le groupe ayant souhaité mettre en œuvre un véritable projet multimédia. C'est très réussi, en particulier la partie dvd-rom qui met à notre disposition des animations où l'on peut régler à loisir de nombreux paramètres, comme la distorsion des images, faire balancer une montgolfière etc…on a droit également à de nombreuses séquences studio de l'enregistrement du disque, et enfin surtout, les clips. Je vous préviens, maintenant lorsque que j'écoute de Premier Flocon j'ai cette image du clip, à savoir un skieur qui dévale les pistes pendant de longues dizaines de secondes…un univers magique posé avec des danseuses métalliques devient soudain un banal skieur…bon remarquez, ça rend très bien le calme de la piste.
Pour conclure, Ez3kiel distille dans nos oreilles des chansons exquises, des mélodies enchanteresses qu'on ne se lasse pas d'écouter, un monde original qui prend sa dimension par la musique, les clips et certainement les concerts qu'il me tarde de voir annoncés. Embarquez pour ce voyage vraiment unique, vous ne le regretterez pas.

(Source : hellhina.blogspot)


- - - - - - - - - - - - - - -


Un groupe qui sait faire évoluer sa musique est un grand groupe. Avec Naphtaline, Ez3kiel fait indéniablement partie de cette catégorie. On est loin du dub d’origine même si l’esprit de ce dernier plane au loin.
Dès le premier morceau, la différence se fait sentir. Volfoni propose un post-rock blues qui ne dépareillerait pas dans la bande originale éthérée de Paris-Texas. Tout au long de l’album, Ez3kiel nous propose une musique inclassable et intemporelle. Tour à tour on passe d’une ambiance foraine (Subaphonic) à une musique contemporaine, d’une musique de film (Derrière l’écran) à des envolées rock (Lethal Submission avec Nosfell), de l’électronique (Balles perdues) à une ambiance soul qui rendrait jaloux Massive Attack (la belle voix de Grégory Frateur sur At the day). Une musique élégiaque par moments, légère comme une goutte de pluie frappant le sol. Un écrin de soie que l’on pourrait résumer succinctement à une rencontre entre Erik Satie, Yann Tiersen et l’électronique. Mais ici pas de pose. Tout cela sonne vrai ! Un véritable travail d’orfèvre, agrémenté de cuivres, de cordes, de piano, de vibraphones…
Une musique accompagnée d’un graphisme de haute facture : pochette, clips vidéos, DVD Rom interactif.
Un must dont on se souviendra dans les classements de fin d’année.

Nicovara - djfav(at)foutraque(dot)com.
(Source : Foutraque.com)
avatar
Leuch
Admin

Messages : 221
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 33
Localisation : 94

Voir le profil de l'utilisateur http://ezekiel.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chroniques] Naphtaline

Message  Zys le Lun 5 Jan - 16:32

Avec ce dernier album, les bonnes âmes d’EZ3kiel nous invitent à venir faire un tour dans un monde magique, tant sonore que visuel, irréel dans la mélodie, infiniment ahurissant dans la construction graphique. Déjà culte.

… comme sur un éternel manège. On se sent pousser des ailes, valser sur des mélodies enfantines. Arrivés dans un monde nouveau, charmeur, calme et raffiné : celui des trois membres d’EZ3kiel. Rares sont les artistes qui développent tant d’énergie dans un projet. Et ceux qui réussissent avec succès le sont encore plus. Non, Naphtaline n’est pas un album, c’est un univers, truffé d’ambiances sonores oniriques et de créations visuelles fantastiques. Mais commençons par le commencement. Comme dans chacune de ses démarches, EZ3kiel est inclassable. Le packaging est une nouvelle fois extraordinaire, irréprochable, comme un vieil ouvrage oublié, annonciateur de la couleur de l’album. Une spécialité qui colle à la peau du groupe depuis ses précédentes créations, notamment sur Versus Tour et Barb4ry, qui étaient déjà particulièrement bien réussies. Dans Naphtaline, vous trouverez d’abord un DVD/DVD ROM. Voila le concept du groupe. Il propose à l’utilisateur d’entrer dans un monde musical, par le biais de plusieurs machines sorties d’une imagination débordante, complètement délirante, mais indescriptible ! Le tout pour interagir en modulant, bidouillant et trifouillant des boutons qui agissent directement sur la mélodie. Une sorte de plateforme ludique pour pénétrer en musique dans l’antre du collectif de Tours. L’autre face du disque cache un plus classique DVD Vidéo, avec le making of, des vues en studio, en enregistrement, des clips… Et c’est à Yann Nguema, le bassiste du groupe, que l’on doit toute la réalisation et le montage du DVD.
Vient ensuite inévitablement la musique. L’essentiel, le repère d’EZ3kiel. Bienvenue dans une boîte à magie. Un endroit calme, ou le piano prime sur la mélodie, où les beats sont remplacés par de précieux tambours. N’en déplaise aux inconditionnels de la formation, le dub et l’électro ne sont plus les maîtres à bord. Ils laissent simplement une place majeure à la mélodie, aux violons et autres instruments bizarres. Naphtaline est une romance, Exebecce en est la preuve : calme, à l’allure enchanteresse. Subaphonic, plus solennel avec ce puissant accordéon torturé, est tout aussi tordant de beauté que Léopoldine, quant à elle uniquement jouée au piano. Derrière l’écran et Lac des signes, celui de Tchaïkovski revu et corrigé par EZ3kiel, continuent sur cette lancée poignante et bouleversante. Balles perdues est une sorte de délire complètement dément, poussé jusqu’à l’explosion, alors que Premier flocon fait mine d’éclater sans donner raison. Le chanteur du groupe Dez Mona vient ensuite faire une apparition réussie, mi-chantée, mi-parlée, sur At the day, avec sa voix grave et significative. Mais l’incontournable reste à venir, la fusion entre EZ3kiel et Nosfell, un bonheur de sept minutes : Lethal submission. Une sorte d’ascenseur émotif, qui part du plus bas point pour filer au plus haut. Des violons et une guitare viennent pointer leur nez, puis la voix suraiguë du chanteur englobe le tout, avant d’être comblée par un puissant courant électro, déchiré lui-même par une guitare électrique en folie. Puis la musique se calme, reprend ses airs de douceur. Et le chanteur revient poser calmement ses dernières rimes pour clore le morceau tendrement.
Voici un résumé, bien incomplet, de l’étendue de ce merveilleux disque et de tout ce qu’il a à offrir. Certes, la musique ne plaira pas à tout le monde, mais les mélomanes amoureux de mélancolie adoreront. Un album inoubliable, dont la musique reste, et tourne, tourne…


Emilien Ercolani.

(Source : Musiqualité.net)

_________________

...Hjartað hamast eins og alltaf / En nú úr takt við tímann...

If you're afraid of something, it probably means you should do it.
avatar
Zys

Messages : 246
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 31
Localisation : Montpellier.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chroniques] Naphtaline

Message  Zys le Lun 5 Jan - 17:10

Depuis 2001 et "Handle With Care", Ez3kiel est en constante évolution, en mouvement permanent. Du dub à l'electro à la musique de "chambre", le groupe ne cesse de surprendre et de prendre à contre pied la très bonne scène dub française. Ez3kiel va là où l'on ne les attend pas.
Naphtaline est le dernier projet du groupe (en chantier pendant 3 ans quand même). Projet qui peut surprendre, car l'objet premier de l'œuvre est un DVD-Rom entièrement conçu par Yann NGUEMA, le bassiste du groupe, est accessoirement, le créateur de tous les visuels. Car oui, Ez3kiel c'est aussi, et surtout, un visuel. De "Handle With Care" à "Barb4ry", en passant par le live de la tournée 2004, NGUEMA prend soin de concocter des images fixes de toute beauté, mais également de l'animation, pour les concerts du trio. Le visuel est au centre de la problématique sonore.
Qu'est ce qu'alors que ce Naphtaline ? Une plongée inimaginable et sans fin vers l'univers visualo-sonore d'Ez3kiel. Le groupe nous permet, à travers différents tableaux et outils de nous approprier un son et d'en faire une animation. De la musique intéractive en quelques sortes, où l'auditeur est enfin acteur, non pas d'un processus musical, mais plutôt d'une création sonore, où l'on peut influer.
Avez-vous du mal à suivre très cher? Normal, ce disque est un OVNI à part entière, indescriptible, onirique, sensuel et innovant. Inutile de vous préciser d'ailleurs que Naphtaline est bien évidemment accompagné d'une B.O du projet, un CD audio de 12 titres de toute beauté. Oui, Ez3kiel s'est éloigné pour un temps du dub-electro qu'ils avaient tendance à nous balancer. Ici, c'est moderne est intimiste, nostalgique, tout en retenue ; bien que l'agressivité soit latente, notamment sur Lethal Submission, le groupe nous gratifie de quelques magnifiques moments (les deux dernières pistes, qui fleurtent avec Satie).
Ah oui, j'oubliais. Une partie DVD-vidéo est présente également, avec secrets de création du projet, clips, et lives.
Ez3kiel ne se fout décidément pas de notre gueule.

*Excellent ! 18/20*

Par Reznor.
(Source : Xsilence.net)

_________________

...Hjartað hamast eins og alltaf / En nú úr takt við tímann...

If you're afraid of something, it probably means you should do it.
avatar
Zys

Messages : 246
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 31
Localisation : Montpellier.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chroniques] Naphtaline

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum